Nouvelles

6517 63  tfmf bxkafg55mysisy55aglkag45 8f97a102 0128 40f0 817d b2740e8a6234 0 photoup

La députée provinciale Lalonde a introduit la projet de loi 75 visant à éliminer les microbilles

Faire de notre santé et de l'environnement: une priorité

Aujourd’hui, la députée provinciale d’Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde présente un projet de loi. Le project de loi 75 édicte la « Loi de 2015 sur l’élimination et le contrôle des microbilles». Ce projet de loi initié par la députée sert à s’assurer que l'industrie et les particuliers dans la province sont conscients de l'utilisation de microbilles de plastique dans les produits synthétiques largement présents dans les cosmétiques. Il est grand  temps que nous mettions fin graduellement à l’utilisation de ces particules dans ces produits et que nous identifions des solutions de rechange.

 

 Le projet de loi 75 visant l’élimination et le contrôle des microbilles fait appel :

 

 

  • À  l‘interdiction de la fabrication des microbilles et leur ajout aux cosmétiques, aux savons ou aux produits similaires.

 

  • Au Ministre pour  veiller à ce que des échantillons d'eau relevés des Grands Lacs soient analysés  pour déterminer la présence de microbilles et que ces résultats soient inclus dans le prochain rapport annuel de l'eau potable.

 

Ce projet de loi est complémentaires aux initiatives déjà prises par l'Ontario et le ministère de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique telle  la Loi 2014 sur la protection des Grands Lacs afin de protéger la sécurité de tous les Ontariens, de notre faune et de notre environnement naturel pour les générations à venir.

 

CITATIONS

 

« La question de l'impact de microbilles dans l’environnement a été porté à mon attention par un de mes commettants  peu de temps après mon élection. Ce projet de loi est nécessaire pour protéger notre eau potable, notre santé, notre diversité marine, et plus encore. Considérant que d'autres pays, d'autres États des Grands Lacs, et de nombreux fabricants se sont déjà engagés à éliminer progressivement l'utilisation de microbilles, je crois qu'il est temps que l'Ontario soit la première province au Canada à prendre ce virage et à agir. »

―Marie-France Lalonde, députée d’Ottawa-Orléans

 

 

 

« Plusieurs États américains et régions d’Europe ont déjà pris action en retirant ces infimes et néfastes particules de plastique des produits. Il est grand temps que les gouvernements de ce côté de la frontière emboîtent le pas dans ce sens, bannissent l’utilisation de microbilles et se fixent un objectif clair quant à la date d’échéance pour leur élimination.» 

―Nancy Goucher, Directrice du programme de l’eau chez Environmental Defence

 

 

« La libération dans le milieu aquatique de microbilles provenant de l’utilisation de produits pour les soins personnels, particulièrement observée dans nos Grands Lacs, est vaste et tout à fait évitable. Le projet de loi proposé par le membre du parlement est d’actualité et tellement logique. Nos systèmes de traitement des eaux usées ne sont malheureusement pas équipés pour répondre à la présence de ces substances. Ledit projet de loi permettra de responsabiliser les fabricants face à leurs produits et ainsi empêcher la libération future de microbilles dans notre environnement. »

―Theresa McClenaghan, Directrice exécutive, Association canadienne du droit de l'environnement

 

 

« Les microbilles sont présentes partout dans les Grands Lacs, détruisant l'habitat, les poissons et la faune. Ils contaminent inutilement notre nourriture et  notre source d’eau. La façon dont le gouvernement, les entreprises, les organismes bénévoles et les individus réagissent à la crise des microbilles enverra certes un bon signal. Elle démontrera au monde entier et aux générations futures à quel point nous apprécions et chérissons notre héritage en eau douce. »

―Mark Mattson, avocat en environnement et président de Lake Ontario Waterkeeper.

 

 

« En tant que maire d’une ville des Grands Lacs,  je suis très heureux d’apprendre que la députée provinciale Marie-France Lalonde va présenter un projet de loi de député décriant les microbilles. C’est très  excitant que l’Ontario agisse dans ce sens et s’attaque à ce problème. »

―Keith Hobbs, maire de Thunder Bay, président sortant de l’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent.

 

« Les microbilles sont une sérieuse menace pour les Grands Lacs.  Le plus que l’on puisse faire aujourd’hui  va nous aider pour l’avenir. Nous sommes fiers d’apprendre que la députée provinciale va présenter un projet de loi de député pour éliminer cette menace de nos Grands Lacs. »

―David Ulrich, directeur exécutif de  l’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent.

 

«Nos activités et nos choix quotidiens ont une incidence directe sur la santé et la durabilité des plans d'eau dont nous et autres êtres vivants dépendons tous comme source d’eau potable, comme moyens de subsistance et pour assurer notre bien-être social. J’appuie ce projet de loi qui vise à permettre aux individus de prendre conscience de leurs décisions et nous nous réjouissons de travailler avec le gouvernement de l’Ontario pour éliminer les microbilles afin d'améliorer la qualité de notre eau. »
―Meredith Brown, Sentinelle et Directrice générale  de Sentinelle Outaouais

 

 

 « Nous sommes encouragés par l'engagement de la députée Lalonde afin de garantir que nos plans d’eaux sont exploitables et demeurent une source d’eau potable pour les générations à venir. Le projet de loi, « Loi 2015 visant l’élimination et le contrôle des microbilles est une étape positive pour amener les individus et le gouvernement à faire front commun pour éliminer progressivement l'utilisation de microbilles. Il est vital que nous travaillions à réduire la pollution de l'eau, à protéger nos espèces marines et notre faune et à assurer la protection de notre source d’eau potable pour les Ontariens. » 

―Graham Saul, Directeur exécutif, Ecologie Ottawa

 

 

« En tant que membre du groupe de bénévoles qui travaille à garder l’île Petrie sécuritaire, agréable et propre pour tous, le projet de loi proposé est très important pour nous. Il vise à protéger notre ressource naturelle locale pour les générations à venir, et à veiller à la sécurité des communautés qui l'entourent. Nous espérons qu'il gagne le soutien nécessaire pour empêcher l’impact encore peu connu des microbilles sur nous. » 

―Al Tweddle, Président de Friends of Petrie Island

 

 

FAITS EN BREF

 

  • Le plastique est la forme la plus répandue de pollution marine, qui compose environ 60 à 80% des débris totaux dans les océans.
  • Microplastiques (y compris les microbilles) sont des particules de taille inférieure à 1 mm de diamètre que l'on trouve dans les masses d'eau à travers le monde entier.

 

  • La plupart  des microbilles sont des particules en polyéthylène ou en polypropylène ajoutés aux produits de consommation pour aider à exfolier la peau ou à nettoyer les dents.

 

  • Ces microbilles qui sont mangées par les poissons et s’attachent aussi à d'autres organismes, sont toxiques pour eux, et finalement pour nous aussi.

 

  • En Juin 2014, l'Illinois est devenu le premier pays au monde à interdire l’utilisation de microbilles dans les produits de soins personnels.

 

  • Les états du Michigan, du Minnesota, de New York et de l'Ohio (tous les États des Grands Lacs) travaillent présentement à interdire l'utilisation de microbilles.

 

  • Les fabricants tels qu’Unilever, Colgate-Palmolive et Procter & Gamble ont promis de cesser l’utilisation des microbilles dans leurs produits d’ici les prochaines années.

 

Bismah Haq
Bureau de la députée Marie-France Lalonde
Bhaq@liberal.ola.org
613-834-8679

Garder à l'esprit ...

Ce site a pour but de vous informer. Si vous préférez appeler ou nous faire parvenir un courriel, mon personnel et moi serons heureux d’avoir de vos nouvelles.

Nouvelles récentes