Nouvelles


Rendre le sport amateur plus sûr pour les athlètes

La province accepte le rapport important du comité consultatif sur la prévention des commotions cérébrales

L’Ontario prend des actions décisives pour rendre le sport amateur plus sécuritaire pour les athlètes et les étudiants, grâce à un plan complet élaboré par son comité d’experts sur la prévention des commotions cérébrales.

Après une année de consultation approfondie, de discussions et de collaboration, le rapport du comité consultatif de la loi Rowan pour la prévention et la gestion des commotions cérébrales dans le sport amateur a été déposé à l’Assemblée législative.

Le rapport, qui informera l’Ontario sur les prochaines étapes de la lutte contre les commotions cérébrales, met l’accent sur la participation sécuritaire au sport par la surveillance, la prévention, la détection, la gestion et la sensibilisation. En collaboration avec les dirigeants sportifs de l’Ontario, la province examinera et s’appuiera sur les recommandations du rapport afin de rendre notre système sportif plus sécuritaire pour tous.

La province a l’intention de présenter un projet de loi qui, si la loi est adoptée, pourrait régir le sport amateur partout dans la province incluant les écoles, les communautés et les aires de loisirs.

Présidé par le Dr Dan Cass, le comité consultatif de la loi Rowan a été créé pour examiner les recommandations du jury faites à la suite de l’enquête du coroner sur la mort tragique de Rowan Stringer, joueur de rugby de 17 ans. L’examen, qui comprenait également une étude plus large du contexte de la commotion cérébrale, a fourni des conseils au gouvernement sur la façon de mettre en oeuvre les recommandations du jury et d’améliorer la sécurité de la tête des participants dans le système sportif de l’Ontario.

Créer un système de sport amateur de classe mondiale où les athlètes peuvent jouer en toute sécurité fait partie de notre plan visant à créer des emplois, à stimuler notre économie et à améliorer la vie quotidienne de notre population.

CITATIONS

« Je veux remercier le comité consultatif de la loi Rowan, en particulier M. Gordon Stringer et le Dr Dan Cass, pour leurs efforts sans relâche dans l’élaboration d’une feuille de route pour rendre le sport plus sécuritaire en Ontario. Chacun a un rôle à jouer dans la prévention, la détection et la gestion des commotions cérébrales. Ce rapport fait progresser notre province pour en arriver à un système de sport amateur de classe mondiale où les athlètes et les Ontariens peuvent participer en toute sécurité. »

— Eleanor McMahon, ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport

« Notre comité veut encourager une participation sûre au sport en veillant à ce que l’Ontario ait la meilleure stratégie de prévention et de gestion de la commotion cérébrale au monde. Nous pensons que l’adoption de la loi Rowan et la mise en oeuvre des autres actions recommandées auront atteint ce but. »

— Dr Dan Cass, président du comité consultatif de la loi Rowan, et vice-président et médecin-chef au St. Joseph’s Health Centre, Toronto

« C’était un honneur pour moi de travailler avec un groupe si dévoué et professionnel sur le comité consultatif de la loi Rowan. Je suis tellement reconnaissant qu’ils m’aient donné librement de leur expertise et de leur temps pour produire les recommandations dans ce rapport. J’espère qu’il sera adopté par toutes les parties à l’Assemblée législative de l’Ontario et que les mesures recommandées seront mises en oeuvre aussi rapidement et efficacement que possible afin de faire de l’Ontario un territoire de premier rang pour l’éducation, la reconnaissance, la gestion et le traitement des commotions cérébrales et un modèle pour le reste du Canada. »

— Gordon Stringer, père de Rowan, membre du comité consultatif de la loi Rowan

« Je suis ravie d'avoir participé au comité consultatif de la loi Rowan. Je crois que les recommandations présentées au gouvernement aideront à changer la culture du sport et les commotions cérébrales en Ontario. Il est important pour les athlètes, les parents, les entraîneurs et les officiels de comprendre les conséquences des commotions cérébrales dans le sport afin que nous puissions tous travailler ensemble pour assurer une participation active au sport d’une manière saine et sécuritaire. »

— Rosie MacLennan, médaillée d’or olympique, membre du comité consultatif de la loi Rowan

« Je suis réconforté par le travail du Comité consultatif de la loi Rowan et j’ai été fier d’avoir fait partie de ce groupe important. Ce processus a renforcé pour moi l’importance cruciale de la sensibilisation et de la gestion de la commotion cérébrale pour TOUS, y compris les athlètes, en particulier nos plus jeunes. En réfléchissant sur ma carrière en tant que joueur de hockey, je peux imaginer comment les choses aurait pu être différentes pour tous ceux d’entre nous qui ont subi des commotions cérébrales. Bien que la recherche fondamentale avance lentement, elle nécessite beaucoup plus de soutien. La sensibilisation, l’éducation et l’acceptation continuent de s’améliorer, mais elles ont commencé bien faiblement. »

— Eric Lindros, ancien jour de hockey de la LNH et membre du Temple de la renommée du hockey, membre du Comité consultatif de la loi Rowan

FAITS EN BREF

  • L’Ontario est devenu la première compétence au Canada à aborder le sujet des commotions cérébrales par voie législative lorsque la province a adopté la Loi de 2016 sur le comité consultatif de la Loi Rowan le 9 juin 2016. La Loi agit sur les recommandations formulées par le jury du coroner à la suite de l’enquête sur le décès de Rowan Stringer.
  • Le travail actuel de l’Ontario visant à accroître la sensibilisation aux commotions cérébrales comprend un portail Web contenant de l’information et des ressources sur les commotions cérébrales et une Politique sur la reconnaissance des sports qui exige que tous les organismes provinciaux et multisports reconnus soient dotés de politiques sur la gestion des commotions cérébrales et sur le retour au jeu.
  • En Ontario, 22 % des élèves ont déclaré avoir été sonnés ou admis à l’hôpital en raison d’une blessure à la tête au cours de leur vie. Au Canada, parmi les enfants et les jeunes qui se sont rendus à l’urgence pour une blessure à la tête liée au sport, 39 % ont été diagnostiqués avec une commotion cérébrale, alors que 24 % étaient possiblement des commotions cérébrales.
  • En 2016, l’Ontario a lancé une nouvelle Politique sur la reconnaissance des sports qui exige que tous les organismes provinciaux et multisports reconnus soient dotés de
  • politiques sur la gestion des commotions cérébrales et sur le retour au jeu, qui décrivent les procédures pour détecter et gérer les commotions cérébrales basées sur les directives de la déclaration de consensus de la Conférence internationale sur les commotions cérébrales dans le sport.
  • En 2014, le ministère de l’Éducation a publié une note d’orientation et un mémoire de programme qui exigent que tous les conseils scolaires élaborent et maintiennent une politique en matière de commotions cérébrales.

EN SAVOIR PLUS

Rapport du comité consultatif de la loi Rowan

Garder à l'esprit ...

Ce site a pour but de vous informer. Si vous préférez appeler ou nous faire parvenir un courriel, mon personnel et moi serons heureux d’avoir de vos nouvelles.

Nouvelles récentes

Twitter Feed